Chroniques,  Historique

32 | Chronique Littéraire ~ Monsieur Han

Monsieur Han  de Hwang Sok-Yong

Zulma 126 pagesL’acheter8,00€

Récit saisissant de la vie d’un médecin pendant la guerre de Corée, Monsieur Han est une œuvre charnière dans la littérature coréenne contemporaine.
Séparé de sa famille, brutalement plongé dans un univers de corruption et de suspicion, M. Han est confronté aux effets pervers de sa nouvelle situation. À travers ses tribulations, Hwang Sok-yong dresse le portrait d’un monde divisé entre Nord et Sud, en pleine tourmente idéologique, entre soumission et trahison, lucidité parfois cruelle et pur idéalisme. D’où la beauté pathétique de son personnage, Candide pris malgré lui dans l’engrenage de l’Histoire.


Hello ♡
Je n’aurais jamais pensé à lire ce petit livre de moi-même, mais je ne le regrette absolument pas ! En Mai prochain, je pars trois semaines en Corée du Sud pour mes cours donc pour préparer un minimum mon voyage et me plonger dans l’histoire de ce pays au passé complexe, un de mes profs nous a conseillé ce roman de Hwang Sok-Yong, un auteur coréen très reconnu dans son pays. Et bien j’ai tout simplement adoré ! Ce roman présenté comme une longue nouvelle, sans chapitres, est vraiment poignant.

Ses journées, interminables, étaient devenues un enfer. Il n’était plus ni professeur, ni réfugié, rien d’autre qu’un simple morceau de chair et d’os offert à la cruauté d’une époque en folie.

En 1950 pendant que la guerre de Corée fait rage, Monsieur Han, un médecin, est contraint de quitter Pyongyang, sa ville natale au Nord, quelques temps pour ne pas se faire tuer. Il s’exile dans le Sud du pays, laissant femme et enfants derrière lui. Arrivé à Séoul, Monsieur Han a bien du mal à trouver un travail dans un hôpital et ce qui ne devait durer que quelques jours ne se termina finalement jamais. Han refait sa vie à Séoul puis à Busan, retrouve sa sœur exilée elle-aussi dans le Sud, et se retrouve malgré lui dans de drôles d’histoires qui le conduisent jusqu’en prison. Accusé de trahison, d’espionnage pour le Nord, et de communiste, la vie de Monsieur Han est un enchaînement de mauvaises chances et d’injustices.

J’ai vraiment beaucoup aimé suivre ce personnage à la vie tumultueuse. Il m’a fait énormément de peine car tout le long de l’histoire, Han ne semble jamais faire les bons choix et créé lui-même tous les malheurs qui lui arrive. Dans la préface du roman, il est écrit que « la scène de la séparation – lorsque le docteur franchit le fleuve à gué dans une tempête de neige, laissant derrière lui sa mère, sa femme et ses enfants, qu’il espère pouvoir bientôt rejoindre – passe pour l’une des plus belles pages de toute la littérature coréenne« , et même si cette scène fait à peine deux pages, l’émotion est palpante donc c’est tout à fait légitime. A Séoul, Han accepte de s’associer avec deux hommes qui se font passer pour médecins auprès de la population mais qui ne sont en réalité que des pures charlatans à la recherche d’un vrai médecin qui pourra leur fournir une licence valide pour pouvoir exercer dans une légalité apparente. Et ce qui est assez affligeant, c’est que Monsieur Han a connaissance de ce subterfuge. Mais pourtant, il s’y engouffre la tête la première et accepte la proposition de poste de peur de ne pas trouver de travail ailleurs. Cette association avec Bak et Kim est le déclenchement de ses malheurs qui s’abattent un à un.

Aujourd’hui, avec de l’argent, on peut tout faire. On peut même échapper à une condamnation à mort. Celui qui a du fric ou des relations, il s’en tire. Celui qui n’en a pas, il morfle.

Monsieur Han est le reflet de la société coréenne pendant la guerre qui oppose le Nord et le Sud de 1950 à 1953. Il est donc nécessaire d’avoir un minimum de connaissance sur la guerre de Corée pour saisir l’importance du récit et de ce qui s’y passe car de nombreuses références historiques y sont présentes. Allez donc vous lire les grandes lignes de la page Wikipédia sur le sujet et ça devrait aller haha Mis à part ça, le roman est en fait l’histoire de la propre famille de l’auteur, ce qui ajoute une nouvelle dimension extrêmement forte au récit. Hwang Sok-Yong nous dépeint une Corée divisée, sous haute tension, sous l’autorité de personnes corrompues qui n’hésitent pas à utiliser la violence et la torture. Chaque coréen du Nord exilé au Sud est un potentiel espion communiste, soit la première cible à abattre. Ce roman est une claque qui rappel les pires moments de l’histoire de la Corée, sous une écriture fluide et addictive.

En bref

Monsieur Han, c’est l’histoire tragique d’un homme né dans le Nord de Corée et forcé à l’exil dans le Sud pendant la guerre de Corée en 1950. L’histoire d’une vie, d’un pays divisé sous une autorité corrompue. Je vous le conseille vivement, mais pensez à vous renseigner un minimum sur cette partie de l’histoire avant votre lecture !
Vous l’avez lu ? Qu’est-ce que vous en avez pensé ?

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *