Chroniques,  New Adult

40 | Chronique Littéraire ~ A première vue

A première vue  de Colleen Hoover

Hugo Roman350 pagesL’acheter17,00€

Merit Voss sait qu’elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu’elle n’a pas gagné. C’est en voulant en acquérir dans une brocante qu’elle fait la connaissance d’un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d’être un peu plus compliquée qu’elle ne le pensait. Rien n’est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d’une ancienne église désaffectée. Ses frères et soeurs ont des traits de caractère qu’elle n’apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre. Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger, Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.


Hello ♡
Cela faisait assez longtemps que je ne vous présentais pas une déception livresque. J’aurais préféré ne pas le faire aujourd’hui mais malheureusement je n’ai pas du tout accroché avec ce dernier CoHo. Pour tout vous dire, c’est seulement le deuxième livre de l’autrice que je lis, le premier ayant été Too Late. J’ai lu plusieurs avis qui disaient qu’A première vue sortait complètement du genre d’histoire que l’autrice à l’habitude d’écrire, mais j’avais lu la même chose pour Too Late ! Peut-être s’essaye-t-elle donc à un tout nouveau genre littéraire ? Quoi qu’il en soit, j’avais beaucoup aimé ma première lecture de Colleen Hoover, mais ce n’a pas du tout été le cas pour ce dernier roman. J’ai eu énormément de mal à le lire et à le terminer.

Je me demande pourquoi tout le monde dans la famille refuse de se dire des gentillesses et de s’embrasser depuis si longtemps. Ça ne fait pas de mal. On en est juste arrivés à un point où chacun attend que ça soit fait. C’est sans doute là l’origine de bien des conflits familiaux. On n’a pas le courage de faire le premier pas, d’évoquer nos difficultés.

Je n’ai pas réussi à apprécier l’histoire, ni les personnages. Ma lecture m’a laissé indifférente à ce qui se passait et je n’arrive toujours pas à comprendre l’intérêt de ce roman… On y parle dépression et rébellion adolescente, du moins c’est ce qu’indique la quatrième de couverture, mais honnêtement je n’ai pas eu l’impression de lire un roman sur ce sujet. Alors qu’il s’agit quand même de sujets forts, poignants, importants et graves, je n’ai pas du tout eu ce ressenti à ma lecture. Je repense à l’écriture et au point de vue de Mérit, le personnage principal, et il était vraiment étrange. A la fois humoristique et ravageur. En fait, je n’ai pas trop su où me positionner par rapport à ce personnage, et encore moins à m’y attacher.

Je ne suis personne pour juger une grande autrice telle que CoHo mais à mon avis, son choix d’écriture et de narration n’est pas le bon. Des milliers de jeunes souffrent de dépression et cette maladie existe sous une multitudes de formes, mais le choix d’avoir rendu ce personnage désobligeant, râleur et un brin je-m’en-foutisme ne m’a du tout aidé à la comprendre et à imaginer un seul instant qu’elle pouvait traverser une période de dépression. Et encore, à part un petit test de « dépistage » de dépression, rien ne confirme que Mérit est bel et bien souffrante de cette maladie. Cela reste en suspens, tout est flou. Ce qui est finalement un bon résumé de ma lecture !

Ce n’est pas parce qu’on perd sa virginité qu’on devient davantage une femme. Ça veut juste dire que votre hymen est déchiré. La belle affaire.

Que vous dire des personnages ? Mérit habite dans une ancienne église au côté de son père, sa belle-mère, son frère et sa sœur jumelle. Sans oublier sa mère qui ne quitte pas le sous-sol de la maison depuis plusieurs années. La relation qu’entretient Mérit avec sa famille n’est pas des plus tendre, et même sa propre sœur jumelle, qui n’a pas grand chose en commun avec elle à part son physique, est distante. Tout part en vrille lorsque Mérit fait la rencontre de Sagan, le petit-ami de sa sœur, au détour d’une boutique. Elle tombe sous son charme mais s’en veut terriblement de ressentir de telles choses pour lui. Elle n’en a pas le droit !

Et tout s’empire lorsque Sagan s’installe chez eux et que Mérit le croise tous les jours au détour des déjeuners. Mais elle a beau tout faire pour se tenir éloigné de lui, son âme d’artiste et sa personnalité l’attire. En plus de tout ce remue-ménage, un jour Mérit prend en stop un jeune homme en kilt, aux multiples accents. Luck s’avère être en fait le petit frère de sa belle-mère qu’il n’a pas revu depuis plusieurs années. Révélations étranges et pétage de plombs sont alors au programme dans cette famille hors normes. Mais aucun petit secret des personnages ne m’ont fait réagir, et je suis vraiment déçue par cette lecture…

En bref

Déception. Malgré un sujet qui s’annonçait fort et important, je n’ai pas apprécié l’histoire et les personnages m’ont laissé indifférente. Je ne comprends pas trop les choix de l’autrice. Je ne vous le conseillerais sûrement pas, mais comme nous sommes tous différents, je vous encourage à vous faire votre propre avis sur ce roman !
Vous l’avez lu ? Qu’est-ce que vous en avez pensé ?
Merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *